#Blog et #Buzzea : Résultats de l’enquête

On va se le dire tout net : C’est un flop. A croire que j’ai vraiment réussi à vexer les blogueuses mode notamment à cause de mon article suite à l’affaire Buzzea. 20 réponses. Vous comprendrez  donc que cet article pue l’empirisme….

Malgré tout, il y a quelques enseignements non négligeables qui apparaissent dans l’étude qui va suivre. En effet, les blogueuses ont eu beau crier au loup après le passage de Matt Cutts sur Buzzea, elles ne voudront jamais, Ô grand jamais, arrêter d’utiliser des plate-formes de liens sponsorisés.

La plupart des réponses que j’ai reçu venaient de blogueurs(euses) modes. J’aurais aimé que d’autres secteurs qui bloguent beaucoup répondent également à l’appel.
L’autopsie de ce demi-échec (niveau quantité de réponses, car niveau qualitatif c’est plutôt très intéressant) relève de plusieurs facteurs :

  • Mauvaise image suite à l’article : “Qu’est ce qu’un lien nature – post Buzzea”
  • Peu de blogueurs(euses) se remettent en question (et il faut le dire)
  • Question orientée trop technique même si j’ai beaucoup vulgarisé. 

Voici donc les résultats et l’analyse de cette étude sur l’impact de la pénalité Buzzea sur les blogs en France.

==> Conclusion / Analyse de l’enquête :

Majoritairement ce sont des “vieux” blogueurs qui ont répondu à l’enquête, et tout particulièrement des blogueurs(euses) modes. En effet, elles ont été majoritairement usagères de cette plateforme de liens sponsos.

53% des votants ont déclaré avoir eu recours à Buzzea “de temps en temps”. Majoritairement ce sont les blogs mode qui ont eu recours à Buzzea et également un blog voyage.

Et oui effectivement l’impact majeur s’est porté sur une baisse du TBPR (la plupart n’ont pas vérifié leur véritable PR). Mais on note également une baisse du trafic organique (bizarrement personne n’a voté sur une baisse des positions dans Google qui serait le corollaire à cette baisse de visibilité organique…)

Point important que je précisais dans mon intro, 58% des votants continueront à utiliser les plateformes de liens sponsorisés, quoiqu’il leur en coûte. On peut même y ajouter les 3% qui sont le “cul entre deux chaises” avec un peut être, que l’on pourrait entendre implicitement ici comme un “pourquoi pas?”

Fait marquant : Nous sommes sur une égalité parfaite lorsqu’il s’agit de mettre en place une réelle veille SEO. Certains et certaines ont travaillé de manière régulière avec Buzzea et autres plateformes de liens sponsos, mais ne souhaitent pas faire de veille SEO. 

Voilà, mini enquête, quelques éléments qui a posteriori viennent appuyer les premiers éléments que nous avions en main le lendemain et le surlendemain de l’affaire (baisse du TBPR notamment), mais j’aurais vraiment aimé que plus de blogueurs répondent.

A bon entendeur ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *